Psychomotricité petite enfance

Le matériel de puériculture

Dans la continuité de mon premier article sur la motricité libre, voici une petite liste de matériel intéressant pour aider bébé à développer sa motricité. Je parlerai également du matériel à limiter, et du matériel à éviter absolument !

~ Le tapis d’éveil ~

Le tout petit peut être installé sur un tapis d’éveil, au début de courts instants puis de plus en plus longtemps s’il apprécie. Il a d’abord besoin d’un tapis plutôt moelleux pour être confortable. Les modèles avec boudins sur les côté sont peu intéressants car ils limitent vite les mouvements du bébé et le coincent rapidement. Les arches sont à proposer de temps en temps, pas tout le temps. Avec l’arche, bébé commence à s’intéresser aux jeux présents au-dessus de lui. Il est important que les jeux arrivent au niveau de son sternum/son ventre, et pas au-dessus de sa tête pour qu’il n’ait pas de tensions en mettant la tête trop vers l’arrière. Pensez à rallonger les jeux trop courts avec une ficelle par exemple ! Bébé les voit, mais lorsqu’il essaye d’avancer un bras pour les toucher, ils sont souvent bien trop hauts, quelle déception ! Et enlever l’arche de temps en temps permet au bébé de s’intéresser aussi à ce qui se trouve à côté de lui. Cela libère son champ visuel. Tiens, et si je pouvais attraper ce jeu posé à côté de moi… Et hop, j’arrive sur le côté !

~ Le tapis de motricité ~

Une fois que le bébé se met davantage en mouvement, qu’il se retourne, il est vite à l’étroit sur son tapis d’éveil. Il a également besoin d’un tapis moins mou, qui va davantage répondre à ses appuis. Il existe plusieurs tapis de motricité avec une mousse de bonne densité, et avec une grande dimension. Je vous mets en visuel des marques de tapis supers si vous voulez creuser le sujet. C’est un budget mais cela peut être un cadeau de naissance. Et surtout, ce sont des tapis qui peuvent servir longtemps ! Pour des temps calmes, des roulades, c’est toujours génial un grand tapis même quand on grandit !
Les tapis puzzle sont également intéressants (mais gare aux petites mains qui viennent défaire tous les morceaux !!), et sont plus abordables en terme de coût.
C’est sur son tapis que bébé va passer la plus grande partie de ses journées, si on lui propose la motricité libre.
Il peut être intéressant de proposer de temps en temps à bébé des moments sur un tapis plus mou, par exemple un moment de jeu sur votre lit. Certains bébés ont besoin de cela pour se retourner, car ils appréhendent moins de se lâcher s’ils savent que le risque de se faire mal est amoindri. Une fois que le mouvement est mieux maîtrisé, ils le feront davantage sur un tapis plus dur.
La couverture est à mettre de côté, car le bébé va surtout glisser dessus et il aura du mal à trouver ses appuis.

Lorsque bébé, arrivé sur le ventre, commence à chercher à se redresser de plus en plus haut, à chercher à relever son bassin, cela peut être intéressant de lui proposer des supports de différentes hauteurs pour qu’il vienne prendre appui dessus. Ce peut être une caisse en plastique, un carton… L’important est qu’il soit lesté pour qu’il ne se sauve pas dès que bébé essaye de s’appuyer dessus ! La hauteur est à adapter en fonction de où en est l’enfant, d’abord assez bas, puis de plus en plus haut. A la fin, le bébé pourra se retrouver à genoux en appui avec les mains sur le support !
Vous pouvez également utiliser des modules de motricité mais le budget est plus important qu’un simple carton.

~ Le chariot de marche ~

On peut le proposer à bébé déjà bien avant la marche, car souvent il est doté d’un petit plateau d’éveil à l’avant. Mais une fois que bébé se met debout, le chariot de marche est très intéressant pour l’aider à trouver la stabilité de ses premiers pas ! Il va pouvoir commencer à vivre les alternances d’appui sur ses pieds autrement que le long du canapé en crabe, cette fois ses pas seront dirigés dans un plan avant. En appui avec ses mains sur le guidon, il n’aura plus qu’à s’occuper de ses pieds (enfin presque) !
Vérifiez lors de votre achat que le chariot ne va pas trop vite. Les chariots en bois sont souvent plus lourds donc moins rapides. Certains modèles en plastique peuvent être freinés un peu au niveau des roues.

~ Le trotteur pousseur ~

Autrement appelé pousse-pousse, petit camion… On le propose au bébé qui sait monter seul dessus et en descendre seul. C’est un bon support pour que le bébé découvre un autre moyen de déplacement que son propre corps. Assis de façon stable dessus, il va apprendre à coordonner ses mouvements (haut et bas du corps, droite et gauche). Il va découvrir comment gérer la vitesse… Le bébé va aussi pouvoir explorer son environnement différemment.

~ Le transat ~

Dans l’idée de la motricité libre, le transat est à limiter, car il coince le bébé dans une position et ne le laisse pas libre de ses mouvements. Il est bien utile pour un petit temps de digestion après le repas. De mon quotidien, nous avons un transat haut qui permet à bébé d’être vers nous et à hauteur, lorsque nous sommes à table, pour partager ce moment avec nous. En attendant qu’il puisse être sur sa chaise haute lorsqu’il se tiendra mieux assis !
Le bébé doit pouvoir relâcher son corps dans le transat. S’il tire sur ses abdos pour se redresser, essayez de le remettre en position davantage allongée. Car un bébé n’a pas besoin de faire travailler ses abdos et ce n’est pas ainsi qu’on se met assis de façon économe en énergie !

~ Le parc ~

Que penser du parc ? Il va à l’encontre du principe de motricité libre, car il bloque les besoins d’exploration de l’enfant. Néanmoins, il peut avoir son intérêt dans certaines situations, pour par exemple protéger l’enfant d’un animal de compagnie, ou lorsque l’on doit s’éloigner sans pouvoir le surveiller (aller aux toilettes par exemple !). Il doit cependant rester très occasionnel.
Pour moi, et de mon expérience personnelle, le parc peut avoir son importance lors des premiers mois de bébé. Je me suis servie pour mes deux enfants d’un parc qui se règle en hauteur, dans lequel j’avais installé le tapis d’éveil. Ainsi, bébé était installé en hauteur, il nous voyait plus facilement, et n’avait pas cet effet impressionnant que l’on peut avoir des personnes debout lorsqu’on est couché au sol (essayez pour vous rendre compte !). Il ressentait moins le froid du sol. Et c’était également plus confortable pour nous de ne pas avoir à nous pencher au sol dès lors que nous voulions le poser sur son tapis d’éveil !
Par contre, lorsque les premiers retournements sont arrivés… hop, passage sur le tapis de motricité au sol !

~ La balancelle ~

Le bébé aime être bercé, oui. Mais toujours dans les bras, la chaleur, la voix et le regard en proximité avec l’autre. Il ne retrouve pas tout cela dans la balancelle. Le mouvement est répétitif, toujours le même, là où le parent qui a son bébé dans les bras pourra adapter son mouvement selon ce que lui montre son bébé. La balancelle a tendance à enfermer le bébé dans ses sensations. Elle n’est pas bonne non plus pour les touts-petits par rapport à leur cerveau qui est encore assez mobile dans la boîte crânienne, ce qui peut créer de nombreux microchocs.

~ Le cale-bébé assis ~

Faut-il vraiment développer ? Comme je l’ai expliqué sur les bases de la motricité libre, on ne met pas un bébé dans une position dans laquelle il ne sait pas se mettre seul. Dans ce type de siège, le bébé va se retrouver coincé assis et ne pas pouvoir changer de posture s’il le souhaite. S’il ne se met pas encore assis seul, le bloquer dans cette posture pourra entraîner des tensions corporelles qui seront désagréables pour lui.

~Le youpala ~

Je l’ai évoqué dans mon article sur la motricité libre, mais je vais davantage détailler ici. Commençons en disant que le youpala est interdit au Canada depuis 17 ans. Il est responsable de nombreux accidents domestiques (basculement du youpala et chute du bébé, chute d’objets sur le bébé qui va attraper des objets d’habitude éloignés de lui…). Et pour le bébé, il peut créer plus de dégâts que de bénéfices.
Tout d’abord, il n’aide pas du tout à la marche. Le bébé est en effet assis soutenu par le siège dans le youpala. Il n’apprend pas à prendre appui sur ses pieds et alterner ses pas droite/gauche. Bien souvent, il se propulse avec ses deux jambes en même temps, avec la pointe des pieds. Il peut garder cette habitude de démarche sur la pointe des pieds par la suite. Il ne voit pas non plus ses pieds, chose qui est importante dans l’apprentissage de la marche.
Dans le youpala, le bébé est installé avec des bords tout autour de lui, qui le protègent lorsqu’il s’approche trop près des murs. Il n’apprend pas la notion de distance corporelle, et se retrouve surpris lorsqu’il n’a plus le youpala autour de lui. Ainsi ses limites corporelles sont floues, il a du mal à appréhender les obstacles, et il a alors tendance à beaucoup se cogner.

Cette liste n’est pas exhaustive et les fabricants inventent toujours plus de matériel pour faciliter la vie des parents et des bébés. Mais à l’image des produits présentés ici, ceux-ni ne sont pas toujours bien adaptés. Ayez toujours en tête que ce n’est pas parce qu’un produit est vendu dans un magasin qu’il est utile au développement de votre enfant !

1 commentaire

  1. Super article qui met en garde contre les articles inutiles ! Intéressant, on ne soupçonne pas tout cela. Merci pour vos analyses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *